L’Aloe Vera : Quels sont les bienfaits ? Comment l’utiliser ?

Il existe plus de 300 variétés d’aloès. L’Aloe Vera est l’une d’entre elles, la plus bénéfique en termes de beauté et de santé.  Cependant, toutes les plantes d’Aloe Vera ne se valent pas. Au-delà d’un pourcentage en Aloe Vera qu’il s’agit toujours de vérifier dans la composition réelle des produits proposés (INCI), l’essentiel des bienfaits de la plante tient en la qualité et le positionnement géographique des plantations, l’apport en eau prodigué au cours des cultures, … enfin tous les éléments contribuant à la fois à la pureté de l’Aloe Vera et à sa richesse en vitamines, polysaccharides, oligo-éléments, acides aminés…

L’Aloe Vera, tout dans la feuille

L’Aloe Vera est aussi appelé Lys du désert ou encore Aloe Vera barbadensis. Grâce à ses diverses vertus, elle est la plus connue parmi toutes les espèces d’aloès recensées.

Aloe VeraSes feuilles sont dentées, plus étroites que celles des autres aloès (environ 10cm) et sont plutôt longues (pouvant atteindre assez facilement les 80 cm).

De l’intérieur à l’extérieur, sa feuille est constituée par une cuticule, une couche épidermique, un derme cellulosique et d’une pulpe.

C’est dans cette dernière, encore appelée le gel d’Aloe Vera, que l’on retrouve le jus qui confère à cette plante toutes ses vertus. Quant à sa sève est de couleur rouge brunâtre d’où sa nomination de « sang » de l’Aloès.

Quand la plante arrive à maturité, elle se décore de fleurs jaunâtres et d’un fruit en forme de capsule. Compte tenu de son étonnante simplicité de mise en culture, on la retrouve généralement dans d’importantes exploitations industrielles dans les pays à forte croissance économique.

L’aloe gel, ce qui fait la différence

L’aloe gel s’extrait de la feuille après cinq années de culture au maximum. Riche en vitamines A et en sels minéraux, la pulpe d’Aloe Vera est préconisée dans le traitement des cheveux et est conseillée pour le bon fonctionnement de l’organisme.

Sur le plan superficiel, l’aloe gel est utilisé pour l’hydratation de la peau et pour la régénération des cellules. Il peut de ce fait faire face à l’eczéma, au prurit, aux boutons de fièvre, à l’herpès et aux différentes mycoses de la peau. Pareillement, il peut être prescrit pour la cicatrisation de plaies et servir dans le cas de blessures non graves.

La consommation des produits à base d’aloe gel est recommandée non seulement pour servir d’antibiotique et d’anti-inflammatoire à l’ensemble des organes internes au corps humain, mais aussi pour la stimulation des éléments de défenses de l’organisme.

L’aloe gel contribue à l’élimination des diverses toxines et au lavage des organes qui en sont touchées. Il remédie également aux différents maux d’estomac, à la constipation et aux allergies. Enfin, son utilisation peut être requise en cas de diabète et soucis cardiaques.

L’histoire de l’Aloe Vera, son exploitation à travers le temps.

Faisant l’objet de différentes études, l’Aloe Vera figure parmi les plantes les plus exploitées de notre temps. Source de puissance, de bien-être et de santé, elle doit son renom à ses divers bienfaits à travers les millénaires.

L’Aloe Vera et les grandes civilisations

La première trace de l’Aloe Vera dans l’histoire remonte à 5000 ans. À cette époque, elle a été utilisée pour le soin des différents maux à savoir les brûlures, les coupures, les contusions et les blessures non graves.

Sumérienne, Égyptienne, Indienne, Romaine Chinoise, Arabe, Grecque, … Toutes les grandes civilisations l’ont utilisée. Les Égyptiens du temps des pharaons, plus précisément les embaumeurs, s’en sont servis pour conserver certaines parties du corps de leurs défunts. Cela est précisé dans les papyrus d’Elbers.

On retrouve également des traces de l’Aloe Vera dans des écrits de la civilisation sumérienne et de la civilisation chinoise ainsi que dans des tablettes d’argile de la Mésopotamie. Pour cette dernière, cela remonte au second millénaire avant Jésus-Christ et atteste de l’usage médical de la plante à l’époque.

Après les Égyptiens, les Sumériens, les Chinois et la Mésopotamie viennent la Grèce antique, les Arabes, les Indiens, les Romains et les Asiatiques. L’histoire de Socotora, petite île de l’Océan Indien dit que pendant plus de trois siècles, Alexandre Le Grand a conquis l’île afin de fournir à son armée de l’Aloès.

L’Aloe Vera et l’époque moderne.

L’introduction de l’Aloe Vera en Europe ne s’est faite que pendant la Renaissance. Elle a été par la suite exportée aux États-Unis avant de faire partie de la pharmacopée américaine. C’est là qu’est née l’extraction de l’aloïne.

À partir de 1935, l’utilisation de l’Aloe Vera ne se limitait plus à ses vertus laxatives. Elle s’était étendue jusqu’au traitement des brûlures et avait même servi à soigner la peau des rescapés d’Hiroshima et de Nagasaki.

Par la suite, elle a été exploitée dans le monde cosmétique à travers les différents produits dermatologiques. Les recherches se sont alors approfondies révélant toutes les substances actives et les différents bienfaits de l’Aloe Vera.

L’Aloe Vera, les vertus d’une plante connue depuis toujours

« Guérisseur silencieux » selon les Hindoux, « Elixir de longévité » d’après les Egyptiens mais « Remède d’harmonie » dans le Pen T’Sao selon les anciens Médecins chinois, L’Aloe Vera fait l’objet de bien des appellations. Toutes les grandes civilisations l’ont connu, l’ayant d’ailleurs conféré des vertus dépassant le domaine de la médecine.

L’Aloe Vera, traitement miraculeux

Dans le Pen T’Sao, la civilisation chinoise assimile l’Aloe Vera à un traitement miraculeux. Mais elle n’est pas la seule à lui avoir attribué un tel caractère.

En effet, la civilisation gréco-romaine, à travers ses grands noms, l’ont également accepté comme tel. Ils ont reconnu à la plante des propriétés cosmétiques, mais plus intéressantes encore, de coagulant sanguin idéal pour le soin des contusions et des blessures superficielles.

L’histoire raconte qu’Alexandre Le Grand aurait conquis l’île de Socotora dans le but de se procurer de l’Aloe Vera simplement afin de guérir ses soldats blessés.

L’Aloe Vera, généreuse et noble selon les civilisations

Une partie de la médecine indienne, l’ayurvédique, attribue à l’Aloe Vera le pouvoir de réparer l’équilibre entre les énergies vitales constituant le corps humain, c’est-à-dire entre les trois doshas.

Les Arabes ont appelé l’Aloe Vera « le lys du désert ». Pour eux, la plante est symbole de bonheur. Ses feuilles s’accrochent au seuil des maisons. Au 6e siècle après Jésus Christ, ils auraient commercialisé en Orient et en Asie des remèdes conçus à partir de la sève et de la pulpe d’aloe vera.

Pour les Égyptiens, l’Aloe Vera, du temps des pharaons, était appelé « la plante de l’immortalité » ou « l’Elixir de Longévité ». Les reines Néfertiti et Cléopâtre se seront d’ailleurs baignées dans du jus d’Aloe Vera. Cette civilisation démontre des posologies de l’Aloe Vera à travers des hiéroglyphes.

Pour les Hébreux, l’Aloe Vera symbolise la médecine divine. En effet, de nombreux passages de la bible font référence des bienfaits et des diverses vertus de l’Aloe Vera.

Composition : L’aloe Vera, la Plante miracle

L’Aloe Vera a été connu par toutes les grandes civilisations. À l’intérieur de chacune de ses feuilles se trouvent bon nombre de substances indispensables à notre organisme.

L’Aloe Vera, riche en minéraux.

L’aloe gel regorge de minéraux. Il contient du calcium et du phosphore, essentiels pour la croissance osseuse ; du fer concourant à la fixation de l’oxygène dans la formation de l’hémoglobine ; du magnésium et du manganèse qui sont primordiaux pour les muscles et le système nerveux.

L’aloe gel est aussi muni de cuivre, nécessaire au maintien de l’équilibre de l’organisme et de chrome très utile pour l’activité des enzymes des acides gras.

Le gel d’Aloe Vera contient du chlore, lui procurant des propriétés antiseptiques et désinfectantes à la fois ainsi que du zinc, favorisant la cicatrisation des plaies.

L’Aloe Vera regorgeant de vitamines.

A, B1, B2, B3, B6, B9, B12, C et E… la liste de vitamines contenues dans l’Aloe Vera est bien longue. Chacune d’elle détient un rôle important.

On y trouve :

  • La vitamine A qui est essentielle pour la protection des cellules de l’oxydation et à la croissance du fœtus pour les femmes enceintes.
  • La vitamine B1 important pour la production d’énergie ainsi que pour le développement des tissus.
  • La B2 essentielle à l’amélioration de la vision et à l’entretien de la peau et des cheveux.
  • La B3 et de la B12 qui collaborent dans le flux sanguin.
  • La B6 jouant un grand rôle dans l’assimilation des protéines.
  • La vitamine B9 qui concourt dans la constitution de l’ADN.
  • La vitamine C qui contribue au bon fonctionnement de l’organisme.
  • Et la vitamine E qui constitue un excellent antioxydant.
  • Les acides aminés contenus dans l’Aloe Vera.

La majorité des acides aminés présents dans l’organisme se trouvent dans l’Aloe Vera.

Au nombre de 18, ces catalyseurs participent dans la régulation de l’équilibre chimique ainsi que dans la régénération des tissus et enfin, dans l’emmagasinage d’énergie.

L’Aloès, toute une famille de plantes à votre soin

Il n’existe pas qu’une seule espèce d’aloès. On distingue plus de 250 venants des quatre coins du globe ! A la différence de l’agave qui fait partie des cactées, l’aloès appartient à la famille des liliacées. C’est donc un légume.

On trouve plus de 250 espèces de la famille des Aloès. Parmi ceux-la figurent l’Aloe soccotrina, qui est muni de fleurs rouges, l’aloé africana, l’aloé vera barbadensis qui comporte des feuilles vertes ou des feuilles bleues selon sa variété, l’Aloe ferox, l’aloé saponaria qui est d’usage culinaire et médicinal, l’aloé arborescens, qui est un aloès sauvage médicinal utilisé par les Russes.

Cela étant, les principales variétés d’Aloès les plus utilisés sont l’Aloe Soccotrina, l’Aloe Feros et l’Aloe Vera Barbadensis. C’est cette dernière qui est la plus connue, simplement parce qu’elle couvre aussi bien le domaine cosmétique, médical, vétérinaire que culinaire.

L’Aloe soccotrina

L’Aloe soccotrina, originaire de l’île de Socotra est la première espèce introduite en Europe. La hauteur de ses rosettes peut atteindre 1,50m et ses feuilles sont dentelées, recourbées vers le haut, grasses, de couleur gris-vert, munies de tâches blanches et effilées.

Au centre, sa hampe florale peut mesurer 1m. Elle est dotée de fleurs rouges orangées ainsi que de fruits à graines noires. L’Aloe soccotrina possède des vertus identiques à celles de l’Aloe Vera.

Son gel est utilisé pour la conception de produits cosmétiques et sert au soin des blessures légères. Son latex est utilisé pour ses qualités laxatives.

L’Aloe ferox

Aloès du Cap, d’Aloès amer ou Aloès rouge, l’Aloe ferox dispose différentes appellations. On le trouve généralement en Afrique du Sud et en Lesotho. Sa hauteur peut atteindre 3m.

Ses feuilles sont charnues en rosette et elle est munie d’épines rouge-brun. Après une culture d’environ 4 ou 5 ans, le poids d’une de ses feuilles peut aller jusqu’à 2kg. Chaleur, sécheresse, soleil, ce sont là les conditions requises pour sa culture.

Son latex et son gel sont les éléments utiles de l’Aloe ferox. Pareillement à l’Aloe Vera, ils sont respectivement laxatifs et cicatrisants.

L’Aloe Vera barbadensis

L’Aloe Vera barbadensis est issu d’Afrique du Nord, des Canaries et du Cap-Vert. L’Espagne, le Mexique, les Etats-Unis, les grands Etats économiques la cultivent actuellement pour sa richesse interne et ses vertus.

Ses feuilles sont dentées et étroite et elle est dotée de fleurs orangées. Son gel est utilisé pour des fins nutritionnelles, dermatologiques et digestives.

Comprendre la culture, récolte et traitement de l’Aloe vera

L’Aloe Barbadensis peut être votre allié au quotidien que ce soit pour vous maintenir en bonne santé, soigner les bobos fréquents ou préserver votre capitale beauté.

Quelques explications sur son mode de récolte et ses traitements.

Comment se cultive l’Aloe Vera ?

Connu sous de multiples appellations telles que « Lys du Désert », « Docteur vert » ou encore « Docteur en pot », l’Aloe Vera est une plante dotée de plusieurs propriétés bénéfiques pour l’être humain. Cultivé dans les pays au climat sec et chaud, l’Aloe Vera ou Aloe Barbadensis aime particulièrement les zones sèches, voire, semi-désertiques.

Ainsi, du moment que vous avez du soleil dans votre région, vous pouvez le planter chez vous idéalement dans un pot. Ne résistant pas au froid, cette plante doit être cependant placée à l’intérieur de votre maison dès que l’automne ou l’hiver se profile à l’horizon.

A part la culture de l’Aloe chez soi, de plus en plus d’industries se mettent à l’exploitation de cette plante aux mille et une vertus. Ce type de récolte se fait par des agriculteurs professionnels étant donné que la quantité de plantes cultivées doit répondre à des exigences industrielles.

Il faut savoir que la culture de l’Aloe Vera pour être transformé en produits manufacturés passe par une rotation de culture et de jachères, le tout en suivant les principes de l’agriculture biologique. En principe, la récolte se fait deux ou trois fois par an.

Quels sont les traitements appliqués à l’Aloe Vera ?

Avant de devenir un gel prêt à l’usage, l’Aloe Barbadensis passe par plusieurs étapes de traitements. Ceci commence par la récolte manuelle des feuilles mûres, qu’il s’agisse d’une plantation pour un usage personnel qu’industriel.

Si vous voulez préparer votre gel Aloe Vera par vous-même, rien de plus facile que de couper la feuille de la plante en deux et d’en extraire le gel à l’aide d’une spatule. Notez qu’il vaut mieux manipuler l’Aloe Barbadensis avec des outils en bois ou en plastique qu’avec du métal.

Par ailleurs, veillez à utiliser la pulpe de l’Aloe immédiatement car l’oxydation à l’air la rend moins bonne. En revanche, l’exploitation industrielle du gel de l’Aloe Vera se fait principalement par une machine spécialement dédiée à l’extraction de la pulpe, laquelle sera alors conservée par son homogénéisation avec certaines substances tenues au secret, en vue d’éviter son oxydation.

Pour ce qui est de l’exploitation artisanale de la sève de l’Aloe Vera, elle consiste à transformer cette sève en une poudre rougeâtre dans une chambre à vide.

Le produit fini sera intégré à des médicaments, de visée principalement laxative.

L’Aloe Vera, ce qui concilie la mode et la médecine

On distingue plusieurs types d’aloès : Aloe soccotrina, Aloe saponaria, Aloe arborescen, Aloe ferox … Néanmoins, ce n’est pas pour rien que l’Aloe Vera est le plus connu, cultivé et utilisé de toutes les variétés d’aloès venant des quatre coins du globe.

Grâce à ses différents composants, elle détient de nombreuses propriétés s’étendant du cosmétique à l’usage textile.

L’Aloe Vera, médical avant tout

La composition de l’Aloe Vera est complexe. Elle est constituée de plusieurs éléments lui conférant ses différentes vertus. Elle est riche en polysaccharides, en lignines et en saponines, lesquelles présentent des qualités d’antimycotiques, de régulateur du glucose et d’anticholesterolemiante.

Une partie des substances qui composent l’Aloe Vera sont antibiotiques alors que certaines sont tranquillisantes. Et si certaines sont anesthésiques, d’autres ont un effet plus analgésique.

On y trouve également des éléments fongicides et même des anti-cancérigènes comme les isoflavonoïdes. C’est la raison pour laquelle le domaine couvert par l’Aloe Vera est vaste, si on ne parle que de la sphère médicinale.

Vitamines, enzymes, sels minéraux, acides aminés… la plante est formée de tout ce qui est nécessaire au bon fonctionnement de l’être humain. De même, elle contient du Tannin et les aloisides A et B, lesquels sont assimilables à des neurotransmetteurs bien qu’ils soient en quantité réduite.

La sève rougeâtre ou sang de l’aloe est connu depuis toujours pour ses qualités cholagogues, laxatives, purgatives et stomachiques. Avec le temps, on lui a conféré, grâce à son gel, diverses vertus dont : bactéricide, anti-inflammatoire, cicatrisant, hémostatique ou encore virulicide.

Ainsi, le champ d’application de l’Aloe Vera s’étend de la médecine au bien-être.

Aloe Vera, aussi dans le niveau textile

La Sabra ou soie végétale désigne un tissu marocain obtenu par rouissage de la feuille de l’Aloe Vera, tissé en grande quantité autrefois. Si actuellement, elle est composée de viscose mélangée à la laine ou au coton, il fut un temps où elle faisait le succès de l’artisanat marocain. Confectionnée avec des métiers à tisser traditionnels, la Sabra s’obtient après introduction des feuilles dans de l’eau pour extraction des fibres, filage, puis tissage et teinture de ceux-ci. La toile est très élastique et ne se froisse pas.

L’Aloe Vera en cuisine

En cuisine, l’Aloe Vera ne perd pas ses nombreuses vertus thérapeutiques. Nous le connaissons moins dans le domaine de l’alimentation, du moins dans l’aspect purement alimentaire. Et pourtant les plats cuisinés avec l’Aloe Vera ne manquent ni de goût ni de richesse énergétique.

Tout simplement à travers ses composants principaux, en l’occurrence les extraits de sa pulpe, qui possèdent des composants hautement nutritifs pour ne citer que les acides aminés et les vitamines. Les chercheurs ont dénombré 75 éléments nutritifs dans l’Aloe Vera.

En cuisine, l’Aloe Vera s’ajoute en fin de confection du plat, soit en l’intégrant dans une sauce soit en mettant directement le gel en assaisonnement. Mais d’une manière générale, l’Aloe Vera s’ajoute à froid et peut se combiner à n’importe quel met. Il suffit de prendre un gel dans un magasin d’Aloe Vera et d’en verser une à deux cuillères sur le plat déjà tout prêt. Il suffira de mélanger un peu avant la dégustation et le tour est joué.

Comment se déguste un menu à l’Aloe Vera ?

Vous pouvez trouver l’Aloe Vera tout aussi bien en entrée, dans une belle salade qu’en recette de dessert mélangé avec des fruits secs ou une bonne compote. Le jus d’Aloe Vera se boit également à volonté et convient à toute la famille. L’Aloe Vera peut servir dans des cocktails pour apéritif et n’a rien à envier aux autres « amuse-gueules » habituels. Découvrez notre recette de yaourt à base d’Aloe Vera.

Menu